Ecologie, sécurité,
éthique

Depuis
1921

Façon
Ile Maurice

Atout
économique

NOTRE MISSION : ENVIRONNEMENT ET SÉCURITÉ

La sécurité en pratique

Espaces sauvages et écologie

Le cadre légal

Un espace de partage

LA SÉCURITÉ EN PRATIQUE

Détenir un fusil et lutiliser pour la chasse demande un haut niveau de responsabilité, de formation et de respect des lois. 

La Société des Chasseurs de l’Ile Maurice appelle ses membres à respecter strictement les lois nationales concernant la possession et l’utilisation des armes de chasse et leurs munitions, ainsi que les règlements de chaque domaine de chasse qui les accueille. Au-delà du minimum requis par le cadre légal, le respect de l’éthique de la chasse – promue par l’association auprès de ses membres – est un atout pour optimiser la sécurité élevée et pour chasser dans le respect du gibier et de son milieu naturel.

La SCIM encourage la transmission des connaissances aux plus jeunes et aux novices par les membres expérimentés, en favorisant ainsi la mise en oeuvre des meilleures pratiques ainsi que le respect des précautions pendant les parties de chasse concernant divers gibiers.

Héritière d’une tradition centenaire de pratique de la chasse à Maurice, la SCIM a à coeur la pérennité de cette activité, pour le bien-être de ses membres et pour celui de l’économie et de la biodiversité mauriciennes. Le respect des normes par les membres de la SCIM, et la crédibilité dont bénéficient notre association et ses membres, contribuent à perpétuer la pratique responsable de la chasse à l’Ile Maurice.

ESPACES SAUVAGES ET ÉCOLOGIE

Les domaines de chasse sont des espaces sauvages qui doivent être entretenus. Leur richesse naturelle comprend la présence de cerfs et de cochons marrons – depuis plusieurs siècles. L’équilibre écologique de ces espaces naturels repose entre autres sur le contrôle du nombre de ces animaux par lactivité de chasse.

La SCIM regroupe des passionnés de chasse et de nature. Nous ne sommes pas propriétaires ou directeurs de domaines de chasse. Notre comité entretient aussi une interaction avec des responsables de domaines de chasse réputés. De plus, la participation de nos membres et accompagnateurs – un millier de personnes au moins au total dans toute l’île – aux parties de chasse, et les valeurs que nous pratiquons, aident à l’existence et à la pérennité de ces domaines. Cela fait de notre association un partenaire de choix dans la protection du milieu naturel et de la biodiversité de l’île – avec pour autre résultat positif la préservation de grandes superficies qui agissent comme puits de carbone. 

Sans terres forestières ayant une flore et une faune saines et diversifiées, le gibier ne peut s’épanouir. Et sans chasseurs – en l’absence de prédateurs naturels – des espèces herbivores risquent de voir leur population exploser, avec des conséquences néfastes sur l’équilibre des forêts, la fertilité du sol, et le rendement d’exploitations agricoles.

Il existe plus de 80 domaines de chasse à l’Ile Maurice, couvrant près de 17 000 hectares, principalement dans le centre, l’ouest, le sud et l’est du pays. Des terres de l’Etat, louées à bail à des organisations ou des particuliers, constituent une partie de ces terrains de chasse. Les locataires se chargent de l’entretien et du contrôle d’accès.

La SCIM collabore également avec des directeurs de chasse et certains propriétaires de domaines de chasse, en partageant l’expérience et les idées du Comité de l’association et de ses membres, dans la recherche des meilleures solutions pour la bonne santé et la protection de la flore et de la faune des terrains de chasse.

Plus de 80 domaines de chasse sur 17 000 hectares (dont des terres de l’Etat)

LE CADRE LÉGAL

La connaissance des lois est indispensable pour respecter le cadre légal réglementant la chasse et pour obtenir les permis de port d’armes et permis de chasse qui donnent au chasseur le droit de pratiquer son activité. Ce respect des lois entraîne la mise en pratique de précautions et de contrôles, aussi bien de la part des chasseurs que des autorités nationales (force policière et organisme de contrôle des espaces sauvages).

Chasser en toute légalité demande donc de respecter des provisions essentielles, édictées par deux lois-cadres: la Firearms Act et la Native Terrestrial Biodiversity and Natural Parks Act.

La procédure pour obtenir les permis nécessaires est comme suit:

– Obtenir, après demande officielle, un Competency Certificate sous la Firearms Act. Ce certificat pourra être demandé par un citoyen mauricien de plus de 18 ans après avoir suivi une formation et passé un test pratique de manipulation d’arme à feu et de tir. Le Competency Certificate sera décerné par le Commissaire de Police après étude de la situation judiciaire et psychologique du demandeur. Il est valable pour une période de 5 ans (renouvelable).

– Obtenir, après demande officielle – et sous condition de détenir un Competency Certificate – un permis de port d’arme (Firearms Licence) et un permis de chasse (Game Licence) sous le Firearms Act. Ces permis sont décernés à des personnes majeures par la Mauritius Police Force suite à l’étude de leurs dossiers, et définit le type d’arme et l’usage autorisés par chaque permis. Ils sont valables pour une période maximale d’un an (renouvelable).

– Obtenir, après demande officielle au Director of Natural Parks and Conservation Service (après obtention de Firearms Licence et de Game Licence) une autorisation de chasse pour le type de gibier souhaité, sous la Native Terrestrial Biodiversity and Natural Parks Act.

Tous ces permis sont payants.

Ces lois imposent également des conditions très strictes aux chasseurs au sujet du stockage des armes, de la quantité, de l’utilisation et du stockage des munitions, et du contrôle – par les autorités policières – des armes non utilisées.

Des chasseurs venant de l’étranger doivent impérativement obtenir un permis de chasse temporaire, décerné par le Commissaire de Police sous condition de respect des conditions légales.

Firearms Act et Native Terrestrial Biodiversity and Natural Parks Act

UN ESPACE DE PARTAGE

La chasse permet aux membres de la SCIM de partager des moments damitié et le développement dun réseau solide et solidaire, à Maurice et avec l’étranger, au bénéfice de tous. Partager la même passion pour une activité et pour le respect du magnifique cadre naturel dans lequel elle se pratique, créé des liens solides et durables. 

Les parties de chasse sont avant tout des occasions de rencontre, sans barrières sociales et nationales – des visiteurs étrangers peuvent chasser à Maurice, sous certaines conditions. Elles sont souvent suivies de moments de détente autour d’un verre et de bons « gajacks » (amuse-bouches dans le parler Kreol mauricien) dans le chalet de chasse.

Cela permet aussi de partager des connaissances et une expérience bien utiles – que ce soit de façon formelle ou par l’émulation et la pratique. La SCIM encourage ainsi lentraide et la formation informelle parmi ses membres. Elle organise autant que possible des séances de partage d’expertise sur divers sujets, avec la participation de spécialistes – techniques de chasse, moeurs des animaux, équilibre écologique des forêts, armes et munitions, etc.

Cette dynamique de partage et de camaraderie s’étend à toutes les personnes qui participent de près ou de loin à l’activité de chasse : gardiens de terrains de chasse, rabatteurs, fournisseurs, bouchers, proches des chasseurs. Les relations nouées avec des organisations de chasse dans divers pays, permettent à la SCIM de faire le lien entre ses membres mauriciens et des organisations ou d’autres chasseurs dans ces pays.

La SCIM est aussi l’organisatrice du concours annuel des trophées de chasse, qui permet aux chasseurs d’entretenir une saine concurrence entre membres de l’association, dans une ambiance amicale.

CONTACTEZ-NOUS

LA SOCIÉTÉ DES CHASSEURS DE L'ILE MAURICE
© La Société des Chasseurs de l’Ile Maurice – Tous droits réservés.